Climat & relief

Il existe quatre régions climatiques distinctes en Guinée. Le climat est plus tempéré au centre (deux saisons égales, pluies de mai à novembre). Au nord-est, le climat est tropical sec avec des pluies plus faibles, des températures élevées sauf de décembre à février lorsque le vent souffle (20 °C contre 40 °C). Le sud-est de la Guinée est subéquatorial avec une longue saison des pluies (8 à 10 mois) et des températures moyennes de 24 °C à 38 °C.

Administration

La Guinée est une République avec comme chef de l'État le président, élu par le peuple pour un mandat de cinq ans. Cette période initialement fixée à 5 ans a été modifiée à 7 ans par la Constitution de 2003 , puis re-modifiée par le conseil national de transition (CNT) en 2010 pour une durée de 5 ans renouvelable une fois. Le Premier ministre est désigné par le chef de l'État.

Démographie

En 2012, la Guinée compterait environ 10 884 958 habitants et pourrait dépasser les 11 millions au cours de 201322. Les Peuls représentent 40 % de la population de la Guinée, ensuite viennent les Malinkés et les Soussous. En 2011, les estimations de populations réfugiées du Libéria et de Côte d'Ivoire sont respectivement de 5 400 et 6 552, soit pratiquement 12 000 personnes.

Justice

La plus haute autorité judiciaire est la Cour suprême, qui dispose de trois chambres :
une chambre constitutionnelle et administrative ;
une chambre judiciaire (civile, pénale et économique) ;
une chambre des comptes.
Le premier président de la cour suprême est en même temps président de la chambre constitutionnelle et administrative.

Aperçu sur la Guinée

Parcs nationaux et réserves

Centre National de gestion des Aires Protégées (CENAGAP)

Liste des aires protégées de Guinée

Le Réseau guinéen d’aires protégées (REGAP) est en cours de formalisation avec tous les partenaires, de même que le Programme cadre décennal (2006 – 2015) de gestion durable du réseau – PROCAGAP 10 -.

 

Les problèmes sociaux majeurs intervenus dans le pays et leurs conséquences qui se manifestent encore, ont empêché jusqu’ici la mobilisation des ressources pour la finalisation et la validation de ces dispositions.

Toutefois, le réseau en projet couvre au total 43 sites potentiels représentatifs des grands groupes d’écosystèmes du pays : côtiers, marins et insulaires; d’eau douce  continentales ; terrestres incluant les écosystèmes montagnes.

La liste ci – dessous des aires protégées du REGAP ne comporte que les sites qui ont fait l’objet de classement et qui sont suivis avec un personnel nommé par l’Etat et qui disposent soit d’un plan de gestion validé ou en cours de validation.

Catégorie A. Aires protégées des écosystèmes terrestres

1. Réserve de biosphère du Badiar : érigée en Parc national en 1985, puis en Réserve de biosphère en 2002 ; couvre 146 600 ha et englobe :

  • Forêt classée de Badiar Nord, classé en 1954, sur 38 200 ha
  • Forêt classée de Badiar Sud, classé en 1956, superficie 8 600 ha
  • Forêt classée de N’Dama classée en 1956 sur 67 000 ha
  • Zones tampon 1 et 2   32 800 ha

2. Réserve de biosphère du Haut Niger érigée en Parc national en 1997 puis en Réserve de biosphère en 2002, superficie  752 200 ha et comprenant :

  • Forêt classée de Mafou en 1954 sur 52 400 ha
  • Zone périphérique de la Mafou 597 600 ha
  • Forêt classée de Kouya en 1952 sur 67 400 ha
  • Forêt classée d’Amana en 1952 sur 19 800 ha
  • Forêt classée de la Tamba en 1945 sur 15 000 ha

3. Réserve de Biosphère du Ziama érigée en 1980 sur 112 300 ha (ex Forêt classée du Ziama créée en 1943)

4. Réserve naturelle intégrale des Monts Nimba créée en 1943, érigée en Réserve de biosphère en 1980 sur

13 000 ha puis en site du patrimoine mondial

5. Jardin  zoologique de Dubréka érigé en 2006 sur 150 ha dans la forêt classée de Kakoulima

6. Réserve de faune de Kankan - Folonigbè, créée en 1926 sur 255 000 ha

7. Aire protégée transfrontalière Bafing – Falémé : Guinée – Mali démarrée en  2006 sur 2 666 000 ha (2/3 en Guinée soit 1 777 333 ha) et comprenant en Guinée :

  • Forêt classée de Kabéla érigée en 1955 sur 3 920 ha
  • Forêt classée de Dokoro, en 1943 sur 7 800 ha
  • Forêt classée de Boula en 1955 sur 27 500 ha
  • Forêt classée de Woundou Nord en 1952 sur 28 168 ha
  • Forêt classée de Woundou Sud en 1952 sur 9 400 ha
  • Forêt classée de Bakoum en 1955 sur 28 000 ha
  • Forêt classée de Gambie en 1955 de 15 500 ha
  • Forêt classée de Gombo en 1966 sur 12 580 ha

8. Aire protégée transfrontalière des Rio Cogon, Korubal et Nunez : Guinée – Guinée Bissau démarrée en  2006 sur  1 700 000 ha (8 000 ha en Guinée)

9. Réserve naturelle de Kounoukan : forêt classée de Kamalaya érigée en 1994 sur  5 032 ha

10. Réserve naturelle de Forokonia (Forêt classée de la source du Niger en 1945 sur 4 770 ha)

11. Réserve naturelle de Pinséli classée en 1945 sur 13 000 ha

12. Réserve naturelle de Manden Woula – Warandogoba en 2006 sur 136 000 ha

13. Centre de conservation de chimpanzés de Somoria mis en place en 1996 (Ce centre est entièrement compris dans le Parc N.H. Niger et son Statut est en cours d’approbation)

14. Réserve de faune de Bissikrima, en 2006 sur  25 000 ha incluant les Forêts classées de Balayan -Souroumba  de 1952 sur 25 000 ha,

15. Sanctuaire de faune de Fèllo Sélouma érigé en 2006 autour de la forêt classée de Fèllo Sélouma créée en 1955

16. Réserve spéciale de faune de Basse  Guinée en 2006 sur 200 ha 

17. Réserve spéciale de faune de Moyenne Guinée en 2006 sur 200 ha

18. Réserve spéciale de faune de Haute Guinée en 2006 sur 200 ha

19. Réserve spéciale de faune de Guinée Forestière en 2006 sur 200 ha

20. Réserve de faune de Gbinia et Banan en 2006 incluant :

  • Forêt classée de Gbinia en 1945 sur 6 175 ha
  • Forêt classée du Mont  Banan en 1952 sur 990 ha

21. Aire de conservation privée de Diwassi – Boula – Baranama à Kankan,  concédée en 2003 sur  104 000 ha

Catégorie B. Aires protégées des écosystèmes côtiers, marins et insulaires (Zones  humides d’importance internationale / Sites Ramsar)

22. Site Ramsar de l’île Tristao érigé en 1992 sur 85 000 ha

23. Site Ramsar de l’île Alcatraz érigé en 1992 sur  1 ha

24. Site Ramsar du Delta du Konkouré en 1992 sur  90 ha

25. Site Ramsar du Rio Pongo, en 1992 sur  30 000 ha

26. Site Ramsar du Rio Kapatchez, en 1992 sur  20 000 ha

27. Sanctuaire de faune des îles de Loos érigé en 1992 sur   57, 80 ha et comprenant :

  • Site RAMSAR des îles blanches, en 1992 sur  13,40 ha
  • Site RAMSAR de l îles corail, en 1992 sur 3,75 ha
  • Site RAMSAR de l’île cabri en 1992 sur 0,65 ha

28. Sanctuaire de faune des Îles de Loos érigé en 1992 sur 57,80 ha et comprenant :

  • Site RAMSAR des îles blanches, en 1992 sur  13,40 ha
  • Site RAMSAR de l îles corail, en 1992 sur 3,75 ha
  • Site RAMSAR de l’île cabri en 1992 sur 0,65 ha

 

CATEGORIE C. AIRES PROTEGEES DES ECOSYSTEMES D’EAU DOUCE

29. Site RAMSAR Niger – Tinkisso (Zone  humide d’importance internationale),  en 2002 sur 400 600 ha

30. Site RAMSAR Niger – Niandan – Milo (Zone  humide d’importance internationale), en 2002             sur

1 046 400 ha (incluant la forêt classée de Baro, la forêt classée de Kouya, la forêt classée de Kourani – Ouélété)

31. Site RAMSAR Niger – Mafou, (Zone  humide d’importance internationale), en 2002 sur 1 015 450 ha, (incluant les forêts classées de la Mafou et de l’Amana)

32. Site RAMSAR Tinkisso, (Zone  humide d’importance internationale), en 2002 sur  896 000 ha (incluant les forêts classées du Mont  Sincéry, de Balayan, de Nono, de Tamba)

33. Site RAMSAR r Sankarani – Fié (Zone  humide d’importance internationale),  en  2002 sur 1 015 200 ha (incluant en partie la  Réserve de faune de Kankan)

34. Site RAMSAR Niger Source (Zone  humide d’importance internationale), en 2002 sur 180 400 ha inclue dans la forêt classée de Forokonia de 470 700 ha

35. Site RAMSAR Gambie – Koulountou (Zone  humide d’importance internationale), en 2005 sur 281, 400 ha

36. Site RAMSAR Gambie – Oundou – Liti (Zone  humide d’importance internationale), en 2005            sur 527,400 ha

37. Zone humide des Chutes de Kinkon en 2006 :    forêt classée des chutes de Kinkon sur

320 ha

38. Zone humide des Grandes chutes, en 1944 sur    13 500 ha

39. Zone humide du Barrage de Garafiri érigée en    2006 (superficie à définir)

40. Zone humide des Chutes de Tinkisso : forêt classée de Tinkisso, en 1945 sur 1 100  ha

 

Sites divers : cas à évaluer aux ateliers de validation

41  Forêt classée du Mont Béro en 1952 sur 23 600 ha (inclue dans le complexe de gestion des Monts Nimba)

43 Forêt classée de Gban de 500 ha (inclue dans le complexe de gestion des Monts Nimba)

43  Forêt classée du Pic de Fon en 1953 sur 25 600 ha          (inclue dans le complexe de gestion des Monts Nimba)

44  Forêt classée de Diécké en 1945 sur  64 000 ha

45  Forêt classée de Nyalama

46  Collines écologiques de Diécké

47  Jardins botaniques et arboretum

 

 

Le mot du Directeur National

Chers invités,

Je vous souhaite la bienvenue au site de la Direction Nationale des Eaux et Forêts. Cette Direction a été créée en 1931 par Arrêté N° 24SE/31 et fut entériné par le Gouverneur Général de l’Afrique Occidentale Française (AOF) le 10Mai 1932 dont le siège était à Mamou.  Lire la suite

Historique de la DNEF

Créé en 1931 par Arrêté local N°24/SE/31 qui fut entériné par le Gouverneur Général de l’Afrique Occidentale Française (A.O.F.) le 10 mai 1932, le Service forestier guinéen avec pour premier siège Mamou, est l’un des plus vieux de l’Administration guinéenne. Il était régi pendant toute la période coloniale par le Décret du 04 Juillet 1935, sur le régime forestier de (L’A.O.F.) promulgué par Arrêté n° 1704 A.P. du 24 Juillet 1935.  Lire la suite

A propos de la DNEF

La Direction Nationale des Eaux et Forêts est rattachée au Ministère de l’Environnement, des Eaux et Forêts.

 

Organigramme de la DNEF

Contact

Direction National des Eaux et Forêts

Camayenne, Dixinn, Conakry

BP: 624 Conakry - Guinée

Email : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
www.eaux-forets.gouv.gn

follow us