Climat & relief

Il existe quatre régions climatiques distinctes en Guinée. Le climat est plus tempéré au centre (deux saisons égales, pluies de mai à novembre). Au nord-est, le climat est tropical sec avec des pluies plus faibles, des températures élevées sauf de décembre à février lorsque le vent souffle (20 °C contre 40 °C). Le sud-est de la Guinée est subéquatorial avec une longue saison des pluies (8 à 10 mois) et des températures moyennes de 24 °C à 38 °C.

Administration

La Guinée est une République avec comme chef de l'État le président, élu par le peuple pour un mandat de cinq ans. Cette période initialement fixée à 5 ans a été modifiée à 7 ans par la Constitution de 2003 , puis re-modifiée par le conseil national de transition (CNT) en 2010 pour une durée de 5 ans renouvelable une fois. Le Premier ministre est désigné par le chef de l'État.

Démographie

En 2012, la Guinée compterait environ 10 884 958 habitants et pourrait dépasser les 11 millions au cours de 201322. Les Peuls représentent 40 % de la population de la Guinée, ensuite viennent les Malinkés et les Soussous. En 2011, les estimations de populations réfugiées du Libéria et de Côte d'Ivoire sont respectivement de 5 400 et 6 552, soit pratiquement 12 000 personnes.

Justice

La plus haute autorité judiciaire est la Cour suprême, qui dispose de trois chambres :
une chambre constitutionnelle et administrative ;
une chambre judiciaire (civile, pénale et économique) ;
une chambre des comptes.
Le premier président de la cour suprême est en même temps président de la chambre constitutionnelle et administrative.

Aperçu sur la Guinée

Ressources eaux

L'HYDROGRAPHIE : La Guinée regorge beaucoup de potentialité en ressource hydrique. Beaucoup de grands cours d’eau de la Sous Région Ouest africaine y prennent leur source. Beaucoup d’écosystèmes s’y succèdent.
Les écosystèmes lentiques :
Au niveau des zones proches du littoral ou estuariennes, la topographie permet la mise en eau de nombreuses mares et de  plaines inondables dont certaines appartiennent au domaine des eaux continentales comme la plaine de Mankountan (Breuil et al, 1996).                         Le fleuve Kogon à Tinguilinta (Boké)       
Dans les zones côtières, ces plaines  et mares sont en général associées aux estuaires et aux  mangroves et peuvent être saumâtres, comme la mare de Dingibaou, entre Koba et Tanéné. D’autres (mares et marais) sont situées en tête des bassins versants et alimentent les marigots saisonniers (comme le cas du lac de Benton, en tête de Foutou, affluent de la Fatala, près de Fria). Ces écosystèmes font l’objet d’intenses activités économiques et de ce fait subissent des dégradations anthropiques importantes.
Les écosystèmes lotiques :La plupart des cours d’eau de la Basse Guinée ont un régime régulier en raison des fortes précipitations et la topographie très plane de la région côtière. Cependant, dans sa partie qui jouxte le Foutah-Djallon dans ses contreforts les cours d’eau ont un régime quelque fois torrentiel en raison de la  forte déclivité et des fonds rocheux. Ces cours d’eau sont plus profonds, présentent de grands lits majeurs et sont très  riches en faune et flore.
Les fleuves les plus importants sont :  
- Le Coliba : Il a un bassin versant de  17 807 km2   et est formé par la réunion de la Tominé et de la Komba. D’une longueur de 407 Km, il draine le versant Nord - Ouest du Fouta-Djallon avant de se jeter dans l’atlantique par un énorme estuaire commun avec le Géba en Guinée - Bissau ;
- Le Kogon : Il a un bassin versant  de 7 288 km2 et une longueur de 379 km. Il coule en direction Nord-Ouest puis vers le sud-ouest jusqu’à son embouchure où il est appelé Rio Komponi.
- Le Tinguilinta : Il a un bassin versant de 4 858 km2  et une longueur de 160 km. Il arrose la région de Boké avant de se jeter dans la mer par le Rio Nunez à Kamsar ;
- La Fatala : Elle  a un bassin versant de 692 km2  et une longueur de 205 km. Elle arrose les régions de Fria et de Boffa avant de se jeter en mer par le Rio Pongo ;
- Le Konkouré : Il a un bassin versant sur 17.046 km2 et une longueur de 139 km. Il reçoit la Kakrima formée par la réunion de nombreux cours d’eau descendant du plateau du Foutah Djallon. De nombreuses chutes marquent le cours du Konkouré et de ses affluents .
- La Soumba : il arrose la préfecture de Dubréka avant de se jeter en mer ;
la Kolenté : Elle a un  bassin versant de 5.170 km2 et une longueur de 210 km . Elle arrose les préfectures de Kindia et de Forécariah. Elle se jette dans la mer en Sierra Leone ;

Elle arrose la préfecture de Forécariah et se jette dans l'océan atlantique ;
Une tête de source à Kolabougni (Boké)        












Le mot du Directeur National

Chers invités,

Je vous souhaite la bienvenue au site de la Direction Nationale des Eaux et Forêts. Cette Direction a été créée en 1931 par Arrêté N° 24SE/31 et fut entériné par le Gouverneur Général de l’Afrique Occidentale Française (AOF) le 10Mai 1932 dont le siège était à Mamou.  Lire la suite

Historique de la DNEF

Créé en 1931 par Arrêté local N°24/SE/31 qui fut entériné par le Gouverneur Général de l’Afrique Occidentale Française (A.O.F.) le 10 mai 1932, le Service forestier guinéen avec pour premier siège Mamou, est l’un des plus vieux de l’Administration guinéenne. Il était régi pendant toute la période coloniale par le Décret du 04 Juillet 1935, sur le régime forestier de (L’A.O.F.) promulgué par Arrêté n° 1704 A.P. du 24 Juillet 1935.  Lire la suite

A propos de la DNEF

La Direction Nationale des Eaux et Forêts est rattachée au Ministère de l’Environnement, des Eaux et Forêts.

 

Organigramme de la DNEF

Contact

Direction National des Eaux et Forêts

Camayenne, Dixinn, Conakry

BP: 624 Conakry - Guinée

Email : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
www.eaux-forets.gouv.gn

follow us